Haute école des arts du Rhin, Strasbourg

January 2020
Artistic research at the Sound Spaces research group ‘Espaces Sonores’ of the Haute école des arts du Rhin (HEAR) in Strasbourg and Mulhouse (FR) during a two-month period. The commission includes work with students in the realisation of the project. Read here a short article about my residency period in Mulhouse, November 2019.

Mon. 13 January 2020, 19:00 – 20:00
Presentation, Auditorium, HEAR, 1 rue de l’Académie, Strasbourg (FR).

Artiste néerlandaise en résidence à la HEAR à Strasbourg en janvier, Janneke van der Putten propose une rencontre pour présenter son travail et son projet. Le Groupe de Recherche Espaces Sonores a choisi l’artiste pour une résidence de deux mois sur les sites d’arts plastiques de Mulhouse (novembre) et Strasbourg (janvier).

« Ma pratique comprend des expériences d’écoute, de performances, de son, de vidéo, de documentations en image / texte / textile, d’ateliers, de projets musicaux et de création de plateformes pour des échanges culturels. Je développe des travaux dans lesquels la relation entre le son, la voix, le chant et le corps, le temps et espace sont investigués par ses expériences personnelles. Les longues promenades, visites guidées et études d’écoute constituent un point de départ important pour son travail. En cela, j’utilise ma voix comme instrument pour analyser et articuler une situation et un espace particulier, permettant ainsi de mettre en avant et de tester les ‘fonctionnalités’ souvent cachées d’un environnement. Je transforme ces expériences en oeuvre sous forme d’installation, composition, texte, vidéo ou encore performance.

L’objectif de ma résidence est de réaliser des performances in-situ qui seront enregistrées dans différents lieux à (et autour de) Strasbourg. Je mènerai des recherches de manière intuitive sur la façon dont l’humain répond aux environnements, architectures et sites naturels. En tissant des liens entre son, espace et temps grâce à la voix humaine et la physicalité du corps, je me plongerai dans le cycle jour/nuit à travers de longues marches, des sessions d’écoute, la contemplation, l’endurance et les capacités de notre corps, de nos sens à percevoir et se relier à notre environnement.
J’invite les étudiants à engager un dialogue en explorant une prise de conscience sensorielle, des processus de création, un savoir historique et local, de même qu’une prise de pouvoir personnelle et citoyenne à travers une approche performative. La voix est l’outil principal, le paysage et l’architecture fonctionnant comme des instruments qui amplifient la source sonore vocale. »